Écouter

Thème du mois

POP' + TRAD' = √CONTEMPORAIN

Qu’elles soient traditionnelles, folkloriques ou rituelles, qu’elles surgissent dans les bals, les clubs, la rue, les lieux de résistances… les danses dites « populaires » mettent en jeu le lien social dans de savants jeux de corps et de présence à l’autre. Elles rassemblent. Toutes collectives, d’origine rurales ou urbaines, elles sont porteuses d’identités régionales et communautaires. Elles incorporent une culture et des savoir-faire. Les artistes de la scène contemporaine vont y puiser du sens, des sources, des explications. Alors pourquoi entretenir une rupture entre danses dites populaires et ce que l’on appelle les” danses savantes”, quand les chorégraphes actuel.le.s utilisent le décloisonnement de ces expressions comme pouls de leur création ?

Pour explorer cette question, Danse on air vous invite, en juin et juillet, à visionner une playlist de vidéo-danse, à écouter des podcasts, à découvrir certains articles et ouvrages qui parlent de ce sujet… et de vivre une expérience avec Washington Timbó qui vous initiera au candomblé !

Dancedeck 1957-2017. Installation view at Anna Halprin'sMoutain home studio © AnnaHalprin1
Anna Halprin, pionnière de la Post-Moderne Dance dans Surpris par la nuit (France Culture)

Ajouter à ma playlist

“La danse a toujours fait partie de ma vie. Être présent à un moment donné, en pleine et pure conscience. Être constamment stimulée par les musiciens, les acteurs et les peintres, c’était une période formidable, durant laquelle de nombreuses cloisons ont été abattues. (Anna Halprin).”

Anna Halprin, chorégraphe centenaire américaine, a développé une danse extrêmement novatrice dès les années 1950 avec sa compagnie, le Dancers’ Workshop. Dans cette émission de France Culture de 2005, elle revient sur son travail en relation à la nature ainsi que ses questionnements sur l’environnement naturel et urbain.

Extrait de l’émission Surpris par la nuit par Jacqueline Caux, 2005

Podcast à retrouver dans Les Nuits de France Culture par Philippe Garbit