Regarder / Lire

Thème du mois

POP' + TRAD' = √CONTEMPORAIN

Qu’elles soient traditionnelles, folkloriques ou rituelles, qu’elles surgissent dans les bals, les clubs, la rue, les lieux de résistances… les danses dites « populaires » mettent en jeu le lien social dans de savants jeux de corps et de présence à l’autre. Elles rassemblent. Toutes collectives, d’origine rurales ou urbaines, elles sont porteuses d’identités régionales et communautaires. Elles incorporent une culture et des savoir-faire. Les artistes de la scène contemporaine vont y puiser du sens, des sources, des explications. Alors pourquoi entretenir une rupture entre danses dites populaires et ce que l’on appelle les” danses savantes”, quand les chorégraphes actuel.le.s utilisent le décloisonnement de ces expressions comme pouls de leur création ?

Pour explorer cette question, Danse on air vous invite, en juin et juillet, à visionner une playlist de vidéo-danse, à écouter des podcasts, à découvrir certains articles et ouvrages qui parlent de ce sujet… et de vivre une expérience avec Washington Timbó qui vous initiera au candomblé !

une sorcière en cache une autre - visuel extrait de la vidéo de numeridanse.fr
Une sorcière en cache une autre par Isabelle Launay

Ajouter à ma playlist

Sur quelques usages d’un film en danse : de Hexentanz de Mary Wigman à  Écran somnambule  de Latifa  Laâbissi

Comment des danseur·seuse·s d’aujourd’hui peuvent-il·elle·s se saisir d’une danse passée ? C’est la question de la transmission que pose Isabelle Launay dans son article, Une sorcière en cache une autre, extrait du n°30 de la revue Repères, cahier de danse en se penchant sur la façon dont la danseuse et chorégraphe Latifa Laâbissi s’est emparée de la Danse de la sorcière de Mary Wigman pour la transformer, la citer et la « copier ». Car, Mary Wigman avait une position radicale concernant la reprise de ses œuvres. Refusant de transmettre ses soli à d’autres et de constituer un répertoire susceptible d’être repris, elle s’attacha en revanche au développement des conditions permettant à chacun·e de créer ses propres danses : l’école de danse d’expression.

Article publié dans Repères, cahier de danse n°30, Sorcières, éditeur : La Briqueterie / CDCN Val-de-Marne

REGARDER

A Mary Wigman Dance Evening - Fabien Barba
Écran somnambule - Latifa Laâbissi
Exentanz - solo de Mary Wigman interprétation Latifa Laâbissi