Regarder / Lire

Agenda en cours

Éducation somatique La conscience du corps

Les pratiques somatiques réunissent un ensemble de techniques centrées sur la prise de conscience du corps en mouvement. Élaborées, notamment dans le courant du 20ème siècle, par des scientifiques et des artistes qui pour la plus part ont subi des accidents de vie, elles sont actuellement investies par des danseur.seuse.s, musicien.ne.s, comédien.ne.s, etc. pour se préparer et par des chorégraphes et autres auteur.e.s dans leur processus de création. Ces pratiques sont de formidables outils pour travailler l’organisation du corps en son entier. Le mouvement est ainsi décomposé, décéléré et il devient possible d’en analyser les points dynamiques.

Dans ce numéro, Danse on air propose de s’intéresser de plus près aux pratiques somatiques à travers différentes dimensions : l’enfance, la composition, la transmission, le soin, etc. pour en révéler la dimension éducative, en observant leurs effets sur le travail des artistes et leurs modes de transmissions.

La question est la suivante : comment les pratiques somatiques enrichissent-elles le travail de création des artistes ? Découvrez dans ce programme des artistes, auteur·ice·s et chercheur·euse·s affirmant leurs approches somatiques du geste et leurs impacts sur les modes de transmissions. Ainsi “l’éducation somatique” participe par le biais de ces pratiques à amener le mouvement dans un ailleurs à travers un travail de corps renouvelé et un rapport au temps dilaté. Point de vue politique permettant de proposer un autre rapport au monde.

une sorcière en cache une autre - visuel extrait de la vidéo de numeridanse.fr
Une sorcière en cache une autre par Isabelle Launay

Ajouter à ma playlist

Sur quelques usages d’un film en danse : de Hexentanz de Mary Wigman à  Écran somnambule  de Latifa  Laâbissi

Comment des danseur·seuse·s d’aujourd’hui peuvent-il·elle·s se saisir d’une danse passée ? C’est la question de la transmission que pose Isabelle Launay dans son article, Une sorcière en cache une autre, extrait du n°30 de la revue Repères, cahier de danse en se penchant sur la façon dont la danseuse et chorégraphe Latifa Laâbissi s’est emparée de la Danse de la sorcière de Mary Wigman pour la transformer, la citer et la « copier ». Car, Mary Wigman avait une position radicale concernant la reprise de ses œuvres. Refusant de transmettre ses soli à d’autres et de constituer un répertoire susceptible d’être repris, elle s’attacha en revanche au développement des conditions permettant à chacun·e de créer ses propres danses : l’école de danse d’expression.

Article publié dans Repères, cahier de danse n°30, Sorcières, éditeur : La Briqueterie / CDCN Val-de-Marne

REGARDER

A Mary Wigman Dance Evening - Fabien Barba
Écran somnambule - Latifa Laâbissi
Exentanz - solo de Mary Wigman interprétation Latifa Laâbissi